Projet ReForest : Bilan des entretiens réalisés en Eure-et-Loir

Méthodologie

Des entretiens individuels de type semi-directif ont été réalisés par Irstea, dans le département d’Eure-et-Loir, de mai à octobre 2017 auprès de 13 acteurs impliqués dans l’équilibre forêt-cervidés : représentants de l’Etat (3 personnes), professionnels de la gestion cynégétique ou forestière (5 personnes), représentants départementaux de la forêt, de la chasse et de l’agriculture (5 personnes). Plus précisément, les représentants élus ou les salariés des structures suivantes ont été écoutés : DDT, ONCFS, FDC, syndicats forestiers, CRPF, ONF, entreprises de gestion forestière, chambres d’agriculture. Les questions posées ont permis de connaître et mieux comprendre la perception de l’équilibre forêt-gibier par ces différents acteurs et leurs attentes sur ce sujet. La durée d’un entretien variait entre 1h45 et 3h30.

Les résultats ci-dessous correspondent aux perceptions et perspectives exprimées par les personnes interrogées.

Perceptions de la situation actuelle

Les principaux résultats de ces entretiens indiquent que les problèmes associés à l’équilibre forêt-cervidés sont surtout liés aux dégâts forestiers et agricoles. Ces dégâts sont une conséquence d’objectifs divergents entre acteurs, de difficultés à appliquer la gestion cynégétique, du manque de moyens et de niveaux d’implication dans la gestion différents selon les groupes d’acteurs (services de l’état, mondes cynégétique, sylvicole, agricole et scientifique). Chaque groupe d’acteurs a des rôles et des fonctions privilégiés, sauf les propriétaires forestiers privés qui ont des intérêts variés. Le relationnel entre les acteurs est jugé globalement satisfaisant, avec l’amélioration de la transparence, de l’écoute et du consensus. Mais, quelques problèmes de compréhension mutuelle entre groupes et des désaccords locaux entre chasseurs, agriculteurs et forestiers persistent. Pour finir, les suivis par indicateurs sont jugés indispensables pour une bonne gestion de l’équilibre forêt-cervidés. Cependant, il manque des données fiables sur l’impact forestier des cervidés et le déplacement des cerfs.

Perspectives

Les perspectives dressées par les interlocuteurs sont plutôt pessimistes avec des scénarios d’augmentation des populations de cervidés et en conséquence des problèmes de renouvellement forestier ou sanitaires. Toutefois, les interlocuteurs restent optimistes : ils envisagent de « travailler ensemble » pour pallier et/ou remédier à ces problèmes potentiels (i) en mettant en place des actions de sensibilisation, (ii) en réformant le processus de concertation, (iii) en améliorant les outils d’aide à la décision et (iv) en modifiant les pratiques actuelles de gestion forestière et cynégétique grâce à la sensibilisation et/ou l’application du cadre réglementaire.

Remerciements aux personnes qui ont participé à l’enquête pour nous avoir accordé autant de temps, aux structures employant ces personnes pour avoir permis la réalisation des entretiens, à la DDT 28 pour l’accueil de la restitution dans ses locaux et aux partenaires du projet ReForest pour leur appui méthodologique.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Anti-spam : saisissez les chiffres correspondants *